Ile de la Réunion – Un tour de l’île

Je continue de partager avec vous mes photos de mon séjour sur l’île intense.

Cette fois-ci, c’est l’occasion pour moi de présenter ce que peuvent constituer les lieux incontournables à visiter lors d’un tour de l’île !

Prenez vos lunettes de soleil, je vous emmène à la découverte de la Réunion !

 

La Maison de la Vanille

On commence par un arrêt dans la coopérative de production de vanille de Bras-Panon. Une visite indispensable pour découvrir tout ce qui se cache derrière la réputation mondiale de la Vanille Bourbon : la culture, la fécondation, les phases de séchage, de tri et enfin de mise à la vente des gousses de vanille.

Septembre est la période idéale pour cette visite car vous pourrez voir en direct le processus de fécondation des fleurs de vanille.

IMG_2099IMG_2104IMG_2113IMG_2118

 

L’église de Sainte-Anne

Classée monument historique depuis les années 80, cet édifice est assez remarquable : situé dans le petit quartier de Sainte-Anne à Saint-Benoît, il s’impose, de par sa taille et son style.

Un style aux influences rococo qui détonne dans les paysages environnants entre mer et champs de canne à sucre. Petite anecdote : c’est un des lieux qui a sa petite place dans le cinéma français, puisqu’on voit l’église dans La Sirène du Mississippi de François Truffaut.

IMG_2143IMG_2145IMG_2142IMG_2147IMG_2146IMG_2148

 

Le pont de la Rivière de l’Est

IMG_2152 IMG_2156 IMG_2161 IMG_2171 IMG_2174

L’anse des cascades

Un cadre unique, entre eau douce et eau salée, flore de bord de mer et flore des hauts où se côtoient les palmistes et les cocotiers.

Et là, des chutes d’eau, et ce calme, qui force la méditation face à Dame Nature…

En bonus, une canne à sucre, à se mettre sous la dent (littéralement) en guise de pause gourmande !

IMG_2198 IMG_2199 IMG_2201 IMG_2204 IMG_2219 IMG_2226 IMG_2246

 

La Route du Grand Brûlé

Depuis Sainte-Rose, serpente cette route, parmi les anciennes coulées de lave de la Fournaise. L’occasion de réviser quelques chapitres de géologie, en contemplant les aspects très variables du basalte volcanique, et les différents types de laves, sur lesquels très vite, les fougères ont réélu domicile…

IMG_2247IMG_2277 IMG_2252 IMG_2253 IMG_2254 IMG_2256 IMG_2257 IMG_2260 IMG_2261 IMG_2262 IMG_2263 IMG_2264 IMG_2267 IMG_2269 IMG_2275

Mi té ve war

« Ta couleur ? C’est toutes les couleurs du passé, elle est tienne, une. »

Des mots qui ont résonné et résumé ce spectacle haut en couleurs, « Li té ve war » (elle voulait voir), que j’ai découvert hier soir, au Casino de Paris.

Liv-Te-Ve-War-Casino-de-Paris-Affiche

Petit point historique…

En 2013, la Réunion a fêté les 350 ans de son peuplement : découverte entre le XVème et le XVIème siècle par des explorateurs arabes, elle reste longtemps une escale de ravitaillement pour les flottes portugaises, anglaises et néerlandaises, avant de devenir la possession du roi en 1642 et d’être baptisée « Ile Bourbon ». Commence ainsi sa colonisation et avec elle l’esclavage, suivie après son abolition par l’engagisme. En quelques siècles, la Réunion s’est peuplée de flux venant de Madagascar, d’Afrique de l’Est, d’Europe, d’Inde, et de Chine, pour aujourd’hui former une population très métissée.

C’est dans ce cadre historique que Li té ve war propose une réflexion sur l’identité réunionnaise, sur la créolité. Menée par Danyel Waro et Davy Sicard, cette fable raconte l’histoire de la Réunion, son mélange de couleurs – ce qu’appelle Waro « batarsité », et qui fait sa richesse humaine. Accompagnés d’une chorale de 40 enfants et adultes, les deux artistes tissent leur maloya transgénérationnel pour répondre aux questions que tous les enfants se posent : qui suis-je ? d’où est-ce que je viens ? qui m’a fait comme je suis ?

IMG_1171

Les tableaux éclatent en couleurs, les voix se mêlent, les danses sont rythmées par le kayamb tantôt doux, tantôt puissant et saccadé. Entre le maloya traditionnel de Waro et sa voix de griot, la voix teintée de soul et le maloya « cabossé » de Davy Sicard, les voix cristallines des enfants mais aussi des chansons de Gilbert Pounia et des textes de Le Clézio, c’est tout un florilège musical qui chante cette identité et son attachement à sa terre, la Réunion.

Inutile de préciser que le spectacle m’a émue aux larmes et m’a transportée sur mon caillou que je n’ai pas vu depuis plus d’un an… Alors courrez-y !

IMG_1159IMG_1164IMG_1166IMG_1168

 

Li Té Ve War

Casino de Paris

du 9 au 12 mai 2014

 

 

 

 

Propulsé par WordPress.com.